La voiture au Mexique

L'ART de la conduite au Mexique !
Nous n'aurons plus l'occasion de conduire dans les pays d'Amérique du Sud que nous allons traverser par la suite, alors après 5200kms sur les routes Mexicaines cela valait bien un petit article.

La voiture a un grand avantage: celui de vous emmener partout à l'heure de votre choix. C'est un luxe qui nous a permis de nous rendre dans des zones retirées non desservies par les bus, comme Calakmul.

Cela dit, nous pouvons attester qu'il a des (nombreux) inconvénients à l'utilisation de la voiture au Mexique :

1. Le code de la route

Oubliez le code français et adaptez vous à la conduite locale: ici, on roule à cheval sur la bande d'arrêt d'urgence pour libérer une voie fictive sur la ligne continue centrale. On klaxonne la voiture qui n'a pas démarré une seconde avant le feu vert. On passe au rouge. On slalome entre les nids de poule. On va plus vite que la limite autorisée pour ne pas gêner les autres qui s'octroient tous le droit de la dépasser de 20 à 30 km/heure.
Pas d'inquiétude on s'y fait assez vite, même si ce n'est pas très sécurisant. 


2. L'état des routes et les "tope"

Il est préférable d'éviter dans la mesure du possible de rouler de nuit vu l'état des routes.
Les tope ou reductor: ce sont des ralentisseurs particulièrement élevés qui abîment votre voiture si vous ne passez pas à 10km/h voir pour certains à l'arrêt ! Et la nuit, ils ne sont pas tous bien visibles...

Yoann: "On s'en fout, c'est une loc". Oh!! Sale gosse c'est pas mon fils, Anne !

Bref, les topes sont nombreux, à l'entrée de chaque village, ce qui permet aux marchands ambulants de vous proposer des produits locaux à bas prix.


3. Les chiens errants

Attention aux meilleurs amis de l'homme qui se promènent un peu partout et qui vous font attraper des "coups de chaud" (sachant qu'il fait déjà 35 dans la voiture...) !!! 

Yoann: " Papa, ils sont abandonnés on les ramène pour les soigner". Ah, c'est bien mon fils !


4. La mordida

Il faut savoir que la police ici vous arrête arbitrairement pour une raison qu'elle invente de toutes pièces et vous demande de payer. Elle vous dépouille de 100 à 200€ sans justificatif ni papier officiel. Cette pratique est communément répandue et connue comme étant la mordida. Nous en avons été victimes une fois en 3 semaines et nos amis 2 fois.


5. Le stationnement

Se garer à Mexico est impossible hors parking public (une nécessité pour la circulation), il faut donc payer aux alentours de 15€ par nuit, soit parfois plus cher que la nuit pour une personne en auberge de jeunesse ! Et les parkings ferment à 23h... si vous arrivez après... :-(

6. La location (avec Mex Rent a car)

Nous avions réservé un véhicule et souscrit une assurance pour être tranquilles. À l'aéroport on vous force la main en vous effrayant pour en prendre une complémentaire qui impacte grandement le budget initial. À savoir: en cas de griffes, ne pas oublier de prendre des photos de la voiture à sa prise... ça vous évitera des ennuis... et vous devez rendre la voiture nettoyée.

 


Malgré tout cela, il faut tout de même avouer qu'après ces 5200kms, nous n'avons vu que très peu d'accidents !

Écrire commentaire

Commentaires: 0